Kasserine « on s’est fait baiser par le haut »

Les vacances sont finies, la « révolution spectacle » aussi. Depuis plus d’une semaine c’est la rentrée des classes, une nouvelle année scolaire commence et entraine avec elle le retour à la normal pour les étudiants. Un décalage criant et de quoi devenir complètement schizophrène quand on repense à décembre dernier.

Entre les évènements de décembre et aujourd’hui, le sentiment général à Kasserine est celui de s’être fait baiser par le haut. Ras le bol général de la politique classique et désenchantement de la « révolution spectacle ». Pour certain il n’y a même jamais eu de révolution. Seulement une révolution de palais, en des termes plus simples, une nouvelle mafia au pouvoir.  Le temps de l’état moderne se perpétue.

Kasserine est une ville du centre du pays pas mal méprisée depuis au moins un siècle par les différentes formes de pouvoir. Le centre du pays est une région qui porte une histoire particulière de lutte et de révoltes. Quelques exemples : en 1864, dans un contexte d’augmentation de la mejba, dédoublement de l’impot, les tribus sortent d’une perspective strictement locale mais  se lient avec d’autres tribus pour organiser leur révolte. De 1881 à 1889, les tribus font face aux colons français. De 1952-1954, la lutte des fellagas qui précipite la fin du protectorat. 1984, soulèvement et « émeutes du pain » ect. Ici la persistance du lien historique d’avec les luttes passées s’explique aussi par le fait  que le sentiment d’appartenance tribale n’a pas complètement disparu. Aussi le rapport au territoire y est très éloigné de l’idée d’appartenance à un pays, à une nation, il a une consistance bien plus politique qu’ailleurs en Tunisie. D’où la défiance et la méfiance historique de cette région quant au pouvoir tunisien.

Les évènements de décembre, c’est l’histoire  d’une révolte que le pouvoir a vaincu par une stratégie contre insurectionnelle qu’on ne connait que trop bien. Répandre l’idée d’une insécurité, diffuser un sentiment de peur c’est ce qui fait qu’on en vient à regretter l’Etat stable, à désirer le retour de la police, celle-là même qu’on craignait, qui nous traquait il y a peu de temps et qu’on avait pourtant réussi à dégager. C’est ce qui apporte la confusion entre les partisans, ce qui vient monter ceux qui lutte contre leur propre détermination de jadis, dans une sorte d’amnésie folle, l’oubli de ce moment où on avait décidé de ne plus avoir peur.

Ce dont a usé l’ Italie dans les années 70, son état d’exception permanent, l’État fétiche tunisien le reproduit. L’État d’Urgence décrété le 14 janvier par Ghanouchi  est toujours en vigueur, il a été prolongé jusqu’au 23 octobre par M’bazza en juillet. Ce dernier implique par exemple une application scrupuleuse de l’interdiction de tout rassemblement, pouvant procéder à perquisition de jour comme de nuit et assignation résidence.

A Kasserine, une lutte s’est lancée contre la  » misère sociale  » depuis plus d’une semaine par une bande de cinq mecs. Ceux sont de vieux diplômés, la quarantaine passée, demandant du travail. Ils sont restés pendant trois jours assis sur un muret de plus de deux mètres de haut, d’un bâtiment de l’éducation nationale entourant leur cou d’une corde. A l’image des martyrs, héros d’une petite guerre, le Bouazizi & le mystico-suicide. Les cinq, en ayant assez d’attendre, se sont jetés corde au cou. Quatre sont sortis plus tard de l’hôpital, un autre est resté en soin intensif. Puis, deux seront internés en hôpital psychiatrique, pour ne pas dire habilement emprisonnés.

En réalité leur revendication dépasse largement le simple cadre de la « misère sociale ». Un des mecs disait, la corde au cou,   » je ne fais pas appel au droit, à la politique , mais à la vie !!!  » . Se réappropriant une partie de l’espace, leur lutte s’est rapidement propagée, pour devenir celle d’au moins deux cent personnes.

On va dans la cour pour boire un café, discuter sexe & politique (entre mecs bien sûr ).  L’hélicoptère qui sillonne le ciel au dessus de nos têtes en ce moment, vient confirmer les dernières déclarations de guerre du premier ministre contre les insurgés il y a de cela trois semaines. Un jeune étudiant dit  » on se fait avoir par le pouvoir sous couvert de démocratie, on se fait mijoter. Ça fait bien plus de six mois que la révolution est finie.  A Kasserine ou Thala les flics ré-emprisonnent avec l’armée, sous prétexte d’insécurité, on a pas besoin d’eux on peut se défendre nous même ! « 

Ce qui est remis en cause ici par certains c’est la question de l’ordre dans son ensemble. La lutte se transforme en point de rencontres et de conflictualités.    Pour certains les partis politiques n’ont pas leur place dans cette lutte. Une balance, les  kawed, essaie de nous faire croire que les barbus ont investi cette lutte. Ça ne prend pas, la mafia au pouvoir sous Ben Ali nous nous a déjà servi la même soupe. Depuis, un tract a circulé, il annonçait la grêve générale pour le lundi 18 septembre. Dimanche soir et lundi l’armée a arrété pas mal de monde, des pneus brûlent dans la ville et ça risque de continuer les prochains jours…

Ce contenu a été publié dans Tunisie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s