Offensive sur Ras Lanouf.

Samedi 5 mars, internet fonctionne à nouveau à Benghazi, mais la connexion est très lente. Tout a été coupé jeudi soir à Benghazi et à Brega. Ici c’est un cybercafé qui reçoit encore, mais pendant toute la journée il fut impossible de se connecter à certains sites web (hotmail par exemple).

A Benghazi la mairie-tribunal est occupée par des gens qui ont toutes les apparences de la pire bureaucratie. Malgré tout, personne ne semble la remettre ouvertement en cause. Ce qui prévaut, à première vue, c’est plutôt un sentiment d’unité dans la lutte contre le dictateur. Un de nos amis, un employé de banque, nous a fait faire le tour de la katiba (la maison de province) de Kadhafi, saccagée, et de la caserne adjacente où étaient enfermés et torturés des prisonniers, et où ont été prises un grand nombre des armes qui circulent en ville. Son oncle nous expliquait que les Libyens sont divisés sur la question d’une intervention étrangère : le refus est à peu près général en ce qui concerne l’invasion (présence de soldats étrangers), certains toutefois acceptent l’idée d’un bombardement de l’Aziziah (le bunker de Kadhafi plus précisément) par la 6e flotte américaine croisant au large.

La ville avait été débarrassée de sa police par les émeutiers, et pourtant on peut encore voir des hommes en uniforme dans les rues. Ce sont des gens qui, après avoir récupéré de vieux uniformes, se sont remis à faire la circulation – tout comme, à d’autres endroits de la ville ce sont des enfants de 8-10 ans qui se chargent de cette tâche.

Une offensive se préparait pour vendredi. Nous avons donc quitté Benghazi pour Brega à bord d’une voiture, conduite par quelqu’un d’ici. Sur la route, nous avons pu nous faire une idée plus précise de la « nouvelle armée ». Il s’agit plutôt du peuple en armes. On peut voir des grands-pères aux cotés de leurs petits enfants, tous armés. Cela ne constitue pas vraiment une armée au sens où nous l’entendons habituellement. Parler de « militarisation » de l’affrontement (ou de la révolte) est encore quelque peu erroné (bien qu’il y ait beaucoup d’armes en circulation). Nous avons pu rencontrer un « colonel » au contact duquel nous avons compris qu’il ne faut pas prendre le grade trop au sérieux. Sur le front ceux qui combattent semblent difficilement gouvernables : il n’y a pas de radio, pas de soldats en uniformes réglementaires ou même complets, des gallons dans tous les sens qui ne veulent rien dire…

Il peut paraître étonnant que l’armée loyaliste n’arrive pas à être plus efficace sur le front, notamment avec son aviation. Certains disent ici que Kadhafi veut éviter de frapper trop fort et de faire naître ainsi des divisions au sein de l’armée. Mais ses forces souffrent également de faiblesses : il reste, au sein des troupes de Kadhafi, peu de pilotes d’avion (ceux qui restent seraient surtout serbes ), et ses soldats semblent payer une certaine méconnaissance du terrain – d’après notre conducteur sur le front.

Nous sommes finalement arrivés à Ras Lanuf pendant l’offensive. Les troupes de Kadhafi qui contrôlaient la ville ont été prises « par surprise ». Elles ont pris la fuite, permettant aux insurgés d’entrer avec une joie difficilement imaginable dans la ville. Les rues ont été recouvertes de douilles du fait des tirs de joie ; les portraits de Kadhafi jetés au rebus, etc. La cantine de la grande compagnie pétrolière a été réquisitionnée et ses employés servaient gratuitement des pâtes aux miliciens-insurgés. Figurez vous des centaines de gens armés jusqu’aux dents dans une cantine d’entreprise…

F. et Q., Benghazi, le 5 mars.

Cet article a été publié dans Libye. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s