Misrata : « Maintenant… »

A l’heure ou nous vous écrivons, 23h59, la zone du port est pilonnée, après une journée de bombardements intensifs. Canarder la ville en continu, un jour de prière, c’est sans doute la fameuse « surprise » pour Misrata que Saif Kadhafi avait annoncé la veille, sur la chaîne nationale.

Les snipers du Tamina Building n’ont toujours pas quitté leur position. Coupés de leur base de ravitaillement et encerclés par les insurgés, ils tentent d’échapper à la rédition en cherchant une voie de sortie. En soutien, les forces kadhafistes ont essayé plusieurs fois de reprendre la rue. Jeudi, ils ont encore tenté, à l’aide d’un tank et d’un tracto-pelle suivis d’un transport de troupe blindé, de défaire un barrage monté quelques jours plus tôt pour isoler les snipers. Ils ont été repoussés une nouvelle fois par les rebelles. Depuis l’une de leurs positions arrières plus en retrait sur Tripoli Street, les loyalistes pilonnent aussi la zone au mortier avec des Cluster Bombs (obus a sous-munitions particulièrement assassins) : un sifflement, dix secondes et six bombes se dispersent dans une zone de quarante mètres. Les shebab les craignent désormais plus que les tirs de RPG ou de fusils d’assault, dont les munitions commencent à manquer aux snipers. Pour s’en protéger, ils laissent ouvertes les portes des bâtiments et ont troué des murs pour pouvoir s’y engouffrer le plus vite possible.

Comme ceux du Tamina Building, la plupart des tireurs  kadhafistes aux alentours sont encerclés, parfois seuls, sans eau, ni nourriture depuis une semaine, avec les cadavres de leurs collègues qui pourrissent dans les appartements d’à-cotés. Isolés dans différents immeubles, les mercenaires traversent parfois les rues à découvert pour rejoindre d’autres positions. Ceux qui tenaient les rues et tiraient tout azimut depuis quatre semaines sont désormais retranchés, sur la défensive, et ne font feu que lorsqu’ils y sont acculés.  En plusieurs endroits, les shebabs ont installé des enceintes amplifiées avec lesquelles ils harcèlent les snipers et les enjoignent a se rendre. Les réponses sont parfois sans ambiguités : « je vous nique, je nique ta mère, ta soeur, Kadhafi est Kadhafi, on va vous buter jusqu’au dernier ». Sur le toit d’un autre immeuble, flotte un drapeau blanc. Le sérieux d’une rédition ne peut être évalué que d’une seule manière : déposer les armes et sortir du bâtiment. Ici, les combats  urbains sentent la fin. Après des semaines de guérilla urbaine, l’expérience et la détermination ont renversé le rapport de forces dans la bataille du centre-ville.

Mais au port, qui reste le point stratégique, les bombardements des loyalistes se sont intensifiés depuis deux jours. La zone est à la fois le seul accès à la ville et les poumons de la cité : complexe industriel, centrale électrique, dépôts de pétrole, etc. Hier matin, une pluie de bombes de deux longues heures s’abattait sur le quartier d’habitation bordant le port. Vingt-trois personnes y sont mortes. Au même moment, au moins quatre tanks et une trentaine de voitures des forces kadhafistes ont tenté une percée sur la route principale de la zone commerciale qui relie le port Qasr Hamad à la Highway. Après plusieurs salves des tanks, inefficaces contre des contenairs remplis de terre qui barrent la voie, les shebab (appuyés tardivement par l’OTAN) ont réussi a détruire quatre tanks et à s’emparer de quelques véhicules, en perdant un combattant.

A Misrata, les habitants sont amers quand il est question de l’OTAN. Face aux bombardements, l’appui aérien ne signifie pas grand chose de concret. Ils en espèrent plus mais sont aussi très clairs quant à un éventuel débarquement terrestre, même déguisé en intervention humanitaire. Tous sont d’accord : « cette guerre est la nôtre, maintenant, il nous faut des armes ».

Misrata, vendredi 15 Avril

Cet article a été publié dans Libye. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Misrata : « Maintenant… »

  1. laurent dit :

    Bonjour,
    merci pour vos témoignages;
    une question me taraude:
    avec la durée du conflit,il est peu probable que les khadafistes continuent à se battre avec des stocks d’armes préconstituées, en toutes logiques, ils doivent en acheter encore’ aujourd’hui, les insurgés en voyant le matériel de leurs adversaires ont ils un indices de l’origine de ce flux, de part ou ils partent et par ou ils transitent. Puisque bonnant mallant il doivent venir d’une usine d’arme situé dans les pays producteurs, Chine, Usa France, Russie, peut etre et il possible de le dénoncer

  2. patrice dit :

    Merci.

  3. El Sinsé dit :

    L’article traduit en Anglais :
    http://libya-alhurra.tumblr.com/

    Cré-@ctivement votre
    El Sinsé

  4. Véronique Pons dit :

    J’ai lu qu’un journaliste d’un media alternatif a été gravement blessé samedi 23 avril au soir, puis opéré à Misurata. Peut-être s’agit-il de l’un des votres ? Quoiqu’il en soit, je forme des voeux pour qu’il guérisse rapidement et ne conserve pas de séquelles.

  5. El Sinsé dit :

    J’ espère que ce n’est pas notre  » journaliste  » de  » En Route  »
    Dépêche sur un merdia :
     » Le journaliste français hors de danger. Un journaliste français dont l’identité n’a pas été communiquée a d’ailleurs été grièvement blessé samedi soir à Misrata mais était dimanche matin tiré d’affaire après avoir été opéré. Travaillant pour des blogs de «médias alternatifs», selon ses amis, a été touché au cou par une balle perdue vers 23 heures.  »
    Cré-@ctivement votre
    El Sinsé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s